TUTOS-WARE
Tutoriels utiles pour l'abandonware et les vieilles gloires PC
Suivez le site sur:

TUTORIEL SUR L'UTILISATION DE DOSBOX

Dans les années 80, IBM cherchait un système d'exploitation pour ses IBM PC. Digital Research avec son CP/M (Control Program/Monitor) était d'abord pressenti, mais son système de ventes basé sur les royalties a décidé de se tourner vers Bill Gates, fondateur de Microsoft. Pris de court, Microsoft rachète QDOS (Quick and Dirty Operating System) à une petite société de Seattle en y apportant des améliorations. Jusqu'en 2000 et son MS-DOS 8, cet OS en ligne de commande a fait les premières armes de Microsoft dans ce marché.

On retrouve encore ce système pour écrire des lignes de commandes sur les OS Windows, mais aucunement pour faire fonctionner correctement les jeux DOS (AdLib et SoundBlaster, cartes graphiques Hercules, EGA, CGA... ne sont plus vraiment d'actualité). Partant de ce constat, Peter Veenstra et Sjoerd v. d. Berg ont décidé en 2002 de se lancer dans la création d'un émulateur DOS Open-Source ; en 9 ans, DOSBox a très bien évolué et est devenu la référence, à un point tel que certaines entreprises ont décidé de l'utiliser dans leurs travaux de rétro-compatibilité DOS: VALVe, DotEmu, CD Projekt,...…

Dans un monde où tout va vite et est facilité, on n'a vraiment pas l'envie et le temps d'apprendre une documentation de plusieurs centaines de pages pour apprendre à utiliser un émulateur (son Wiki officiel). Le but de ce tutoriel est de voir petit à petit les principes de base et quelques fonctions avancées de DOSBox.

Le téléchargement du logiciel se réalise soit sur la partie « Téléchargements » du site officiel, soit sur la page SourceForge du projet. Faîtes attention à bien sélectionner DOSBox en fonction de votre OS.

Il n'y a pas de choses particulières à signaler pour l'installation. Retenez pour la suite l'emplacement du logiciel sur votre disque dur (par défaut c:\Program Files\DOSBox-0.74).

DOSBox est par défaut en anglais, que ce soit pour les textes affichées par l'émulateur et également la configuration du clavier en QWERTY. Pour changer la langue, téléchargez les fichiers nécessaires dans la partie « Translations » en bas de la page « Téléchargements ».

Après le téléchargement, décompressez le contenu de l'archive dans le répertoire de DOSBox dans votre profil Windows (par défaut C:\Documents and Settings\[votre nom]\Local Settings\Application Data\DOSBox)



Lors du prochain démarrage de DOSBox, le texte sera en français et le clavier AZERTY.

Après l'installation/préparation de DOSBox, essayons de lancer la démo de Wolfenstein 3D.
Voici le contenu :

La première chose à faire est de prendre le raccourci de DOSBox dans le menu Démarrer et de le mettre dans un endroit plus pratique (le Bureau, par exemple) : il suffit de chercher « DOSBox-0.74 », de faire un clic-droit sur DOSBox 0.74, de choisir « Copier » et de faire « Coller » là où vous voulez mettre ce nouveau raccourci.

Dans notre exemple, on le mettra dans le dossier de la démo de Wolfenstein 3D.

Glissez l'exécutable WOLF3D sur le raccourci de DOSBox, et patientez un peu :

Sans écrire une seule ligne de commande, vous venez de lancer le jeu. Par défaut, on se retrouve en mode fenêtre ; pour passer en plein écran, faites ALT+Entrée.

Les réglages dans DOSBox se faisant automatiquement avec certains paramètres mis sur « auto », il n'y a pas forcément de modifications à faire sur le .conf. Mais cette méthode ne marche pas avec l'utilisation d'un CD, chose que l'on verra par la suite.

Si vous trouvez que votre jeu est trop lent ou trop rapide, modifier la valeur du micro-processeur émulée suffit dans la plupart des cas. Appuyez sur CTRL+F12 pour accélérer, et sur CTRL+F11 pour ralentir.

Lorsque vous quittez un jeu par défaut, l'émulateur reste encore fonctionnel comme le montre l'image :

Pour le fermer, il existe trois méthodes :
- le raccourci CTRL+F9
- cliquer sur la croix en haut à droite lorsqu'on est en mode fenêtre
- écrire exit en ligne de commande.

Pour éviter de mauvaises surprises avec vos sauvegardes, je conseille de quitter proprement l'émulateur : on quitte le jeu AVANT de fermer DOSBox.

Pour finir ce chapitre, voilà un récapitulatif sur les raccourcis clavier DOSBox (que l'on peut voir avec la commande INTRO) :

Comme je l'ai souligné dans le chapitre précédent, la méthode par glissage ne marchera pas si on veut passer à partir d'un CD : DOSBox créé par défaut un seul disque dur virtuel. Les lignes de commande sont donc obligatoires. Comme exemple, nous allons nous baser sur l'installation et le lancement de System Shock.

Commençons par vérifier les dires du paragraphe précédent: après avoir monté/gravé l'image CD, utilisez la méthode du glissage sur l'exécutable d'installation :

Vous voyez bien qu'on est mal parti pour l’installation. On va donc écrire des lignes de commande.

Remarque: les noms des dossiers et autres images CD que vous verrez servent pour l'exemple ; il faudra adapter en fonction de ce que vous avez fait ou de ce que vous voulez faire.

Commencez par ouvrir DOSBox :

La première étape est de créer un disque dur virtuel. Pour ce faire, on va écrire cette ligne de commande :

Voici une explication sur ce que vous venez d'écrire :
- mount : commande DOSBox pour connecter un disque virtuel à l'émulateur
- c : lettre du disque dur virtuel créé
- d:\abando~1 : racine utilisée pour la création du disque dur virtuel; attention sur 2 points :
* DOSBox ne recommande pas d'utiliser la racine principale du disque dur afin d'éviter la perte des fichiers en cas d'erreur de DOSBox ou de vous
* En cas de nom de répertoire supérieur à 7 caractères (comme c'est le cas avec notre exemple, car son nom est Abandonwares), il faut suivre cette règle : les 6 premiers caractères du répertoire + ~n collé, n étant le chiffre (en commençant par 1) correspondant au dossier ; si 2 dossiers ont les 6 premiers caractères identiques, l'ordre se fera en fonction de l'ancienneté du dossier.
- -freesize 1024 : taille en Mo du disque dur virtuel; si vous ne mettez pas ce paramètre, DOSBox créera un disque dur virtuel de 250 Mo.

Si l'opération s'est bien passée, on se retrouve avec un message de ce type :

Ensuite, on va écrire la ligne de commande pour créer un lecteur CD virtuel.
On va commencer par la méthode la plus simple, c'est-à-dire en ayant mis l'image CD dans un lecteur virtuel ou après l'avoir gravée sur un CD-RW :

En détail :
- mount : commande DOSBox pour connecter un disque virtuel à l'émulateur
- d : lettre du lecteur virtuel créé
- f:\ : lecteur de CD-ROM (physique ou virtuel)
- -t cdrom : type de lecteur à émuler; dans notre cas, on met cdrom.

Si l'opération s'est bien passée, on se retrouve avec un message de ce type :

Une autre méthode consiste à monter un lecteur CD virtuel à partir d'une image CD :

En détail :
- imgmount : commande DOSBox pour connecter une image CD à l'émulateur
- d : lettre du lecteur virtuel créé
- d:\abando~1\system~1\system~1.iso : emplacement de l'image CD avec la règle du 8~n (l'image CD System Shock.iso est dans d:\Abandonwares\System Shock)
- -t iso : type de lecteur à émuler.

ATTENTION! Si vous suivez bien la syntaxe, il se peut que vous vous retrouviez avec le message suivante :

Une erreur possible est de suivre « aveuglément » les noms des dossiers/fichiers lorsqu'on explore à partir de DOSBox ; dans mon exemple, si je suivais les indications de DOSBox avec un dossier System et System Shock, j'aurais dû écrire :

Si l'opération s'est bien passée, on se retrouve avec un message de ce type :

Après avoir monté le lecteur CD, on va aller dans le CD avec la commande :

Si tout se passe bien, on obtient comme réponse :

L'exécutable s'appelant INSTALL.BAT pour ce jeu, on écrit tout simplement :

Installez et configurez le jeu tel que vous le souhaitez. À la fin, on se retrouve avec la situation suivante :

Écrivez cdshock, validez, et attendez quelques instants :

Rien qu'avec ces lignes de commande, vous avez réussi à lancer System Shock. Et en plus, DOSBox a configuré automatiquement les réglages pour jouer convenablement.

Pour finir, voilà quelques possibilités utiles de DOSBox.

* Écrire des commandes, c'est bien ; mais refaire x fois la même chose, on peut trouver ça rébarbatif à la longue. Alors pourquoi ne pas utiliser la partie [autoexec] du .conf de DOSBox ? Elle permet à l'émulateur d'exécuter au démarrage les lignes de commande qu'on lui demande. Pour l'utiliser, il faut aller chercher le .conf ; à partir du menu Démarrer, c'est DOSBox 0.74 Options dans le dossier « Options » de DOSBox.

Un bloc-notes va s'ouvrir ; allez jusqu'en bas du document :

Comme dans toutes les rubriques, les lignes commençant par # expliquent les différentes possibilités : les effacer ne chambouleront pas l'émulateur. Par exemple, nous allons demander à DOSBox de lancer automatiquement au démarrage un disque dur et un lecteur CD virtuel :

Enregistrez, et lancez maintenant DOSBox :

Comme vous le voyez, DOSBox a monté un disque dur et un lecteur virtuel sans que vous ayez à faire quoique ce soit.

* Imaginez que vous ayez un jeu (on va dire Phantasmagoria pour l'exemple) comprenant plusieurs images CD. Pour changer de CD, la méthode traditionnelle est de changer lorsqu'on vous le demandera l'image CD ou le CD. Avec DOSBox, on peut aller droit au but : on monte toutes les images CD dès le début, et le changement se fera automatiquement. La ligne de commande dans ce cas est simple :

Seul frein avec cette méthode : on ne peut monter que 4 images CD maximum à la fois.

Si l'opération s'est bien passée, on se retrouve avec un message de ce type :

Pour de plus amples informations et possibilités sur l'émulateur, n'hésitez pas à visiter le Wiki de DOSBox.